Après la sécurité et le business et avant les clients et les produits, nous allons aborder ici une autre composante essentielle de la transformation numérique d’une entreprise : la digitalisation des métiers.

Son impact est immense dans l’entreprise et fait intervenir deux phénomènes qui font pleurer dans les chaumières : la dématérialisation et l’automatisation.

La dématérialisation, c’est le remplacement progressif du papier par des fichiers… L’automatisation c’est le remplacement progressif d’un processus humain par un processus robotique (pas nécessairement un robot physique) intégrant le traitement d’un flux de données.

Prenons par exemple le cas de la saisie comptable. Quand j’envoie à mon expert-comptable mes factures au format PDF pour qu’il en assure la saisie dans sa comptabilité : je dématérialise. Quand dans un avenir proche – car ce sera obligatoire dés 2018 pour les entreprises travaillant avec l’état – à la place de la facture PDF, j’enverrai un flux de données qu’il pourra intégrer directement dans la compte sans saisie, alors j’automatiserai.

Ce n’est pas la même chose, même si dans les deux cas on digitalise un flux documentaire.

Dématérialiser, c’est investir dans du matériel (scanner, OCR, smartphone, stockage, sauvegarde etc.) et de la formation. Pour un patron de TPE/PME cela peut s’avérer lourd, d’autant que certains documents (payes, factures…) doivent faire l’objet de conditions de stockages particulières (durée, sécurisation, consultation…).

Automatiser, c’est changer en profondeur le fonctionnement de son entreprise en modifiant les postes de travail, en modifiant les métiers, avec un impact énorme, donc, et parfois dramatique, sur les collaborateurs.

Je vous invite à relire ce témoignage de cet expert-comptable qui explique très clairement l’impact de l’automatisation sur certains métiers de son cabinet.

Encore une fois, pour un chef d’entreprise, intégrer des processus automatiques n’est pas simple, peut s’avérer coûteux en argent, en temps et en formation.

Le plus simple serait sûrement de passer directement aux « full robots », comme sur les deux vidéos suivantes :

Car vous l’avez compris, les progrès en matière d’intelligence artificielle font que d’automatisation à robotisation il n’y a qu’un léger fossé qui est de plus en plus simple à franchir, et certains ne se gênent pas.

La mode des chatbots en est une illustration parfaite. Ces agents virtuels s’améliorent en permanence pour que chaque contact soit meilleur que le précédent. Si en plus on les alimente correctement en sources de données clients, ils peuvent personnaliser le service plus rapidement tout en automatisant les tâches routinières.

Nous plaisantons, ce n’est pas réellement la transformation numérique telle que nous la souhaitons même si, bien entendu, une cohabitation avec les robots (comme dans l’industrie) parait aujourd’hui inévitable.

Il ne reste plus qu’à inventer cette cohabitation, en permettant aux femmes et aux hommes des entreprises de réinventer leurs métiers… et donc de se former en conséquence…

Un casse tête pour tous les patrons un peu soucieux de l’avenir de leurs entreprise et des personnes qui la composent aujourd’hui…

Pas facile facile la digitalisation d’une entreprise, alors que d’autres défis les attendent au coin du bois :

  • Épisode 1 : La sécurité
  • Épisode 2 : Le e-business (se montrer, vendre en ligne, le social selling, la relation client multicanal, communiquer sur les réseaux sociaux, l’e-internationalisation…)
  • Épisode 4 : La digitalisation de la relation client
  • Épisode 5 : La digitalisation de mes produits et services (non, je n’ai pas parlé d’uberisation…)

—————————————————————————————

Soyez informés des nouvelles publication du blog TANu :

En vous abonnant aux notifications du blog.

Sur notre page LinkedIn

Sur notre Twitter @tanu_RH

Sur la page Facebook de TANu

Ou en vous abonnant à la newsletter TANū