Nous allons beaucoup entendre parler de Transformation Numérique des TPE et des PME dans les prochaines semaines. En effet, il semblerait qu’en France, nous ayons légèrement oublié ces dernières au point que maintenant nous cherchions à mettre en place des dispositifs d’accompagnement (qui existent déjà depuis des lustres, même si le résultat ne semble pas être des plus concluant) et de financement, comme par exemple le Chèque transformation numérique mis en œuvre par la région Aquitaine.

Un artisan me disait la semaine dernière qu’il ne comprenait pas bien ce qui se cachait derrière ce terme de Transformation Numérique pour lequel il était convié à de nombreuses réunions d’informations : e-commerce, social selling, dématérialisation, automatisation, multicanal, data… Tout cela lui paraissant un peu compliqué.  Je lui ai donc expliqué que son entreprise allait devenir une plateforme… non je plaisante hein !!!

Ne le sentant pas très concerné, j’ai entrepris de le convaincre de ne pas sous-estimer cette injonction à se transformer, lui expliquant qu’il s’agissait avant tout d’adapter son entreprise au monde numérique dans lequel elle évolue aujourd’hui; même si ses charpentes semblaient encore bien éloignées de tout cela… Et nous voila donc parti pour parler sécurité informatique.

Même si ce sujet n’est pas le plus sexy, et qu’il est en effet plus doux aux oreilles d’un patron de penser numérique en terme de conquête du monde que d’anti-virus ou de protection des données, la sécurité est certainement la colonne vertébrale d’une transformation numérique réussie tant elle touche tous les domaines de l’entreprise.

Et le sujet n’est pas simple pour un chef d’entreprise, car les problèmes potentiels sont nombreux :

  • perte de données : vol de matériel, incendie, matériel défectueux, prise en otage (ransomware), virus…
  • diffusion de mots de passe
  • espionnage industriel
  • détournement d’identité
  • piratage de serveur web
  • erreur humaine
  • malveillance volontaire
  • détournement de moyen de paiement
  • la e-réputation de l’entreprise

Il ne s’agit pas ici de faire le tour des cyber-risques, mais pour autant nous voyons que ce sujet ne peut pas être déconnecté de la démarche globale de digitalisation de l’entreprise et à ce titre elle en constitue un maillon essentiel.

Pour un chef d’entreprise, en particulier de TPE, une prise en otage de ses données et c’est l’entreprise qui est en péril. Pourtant quand on y réfléchi bien il n’est pas extrêmement compliqué, si ce n’est de se prémunir, mais au moins de se défendre : il lui suffit d’avoir prévu une sauvegarde quotidienne (voir plus) externe et le tour est joué.

Et pour se prémunir de ce type de risque, le facteur humain reste encore le meilleur chemin.

Selon l’enquête IT Security Risks 2016 de Kaspersky Lab, le manque d’information ou la négligence du personnel, se traduisant par l’utilisation inappropriée de ressources informatiques, peut mettre en péril la cyberprotection d’une entreprise, quelle qu’en soit la taille. Plus de la moitié (61 %) de celles ayant connu des incidents de cybersécurité en 2016 reconnaissent que certains étaient imputables au comportement d’employés négligents ou mal informés.

Donc, cher ami charpentier, ce soir lorsque tu rentres chez toi, tu trouves un prestataire qui va mettre en place une sauvegarde quotidienne (et externe) de tes données numériques.

Et demain tu feras passer le TANu à tes employés. Tu verras alors que dans l’École à la suite du test, il y a plein de ressources sur la cyber-sécurité.

Tu sera alors prêt pour aborder les autre défis de la digitalisation de ton entreprise que nous aborderons tout au long de la semaine :

 

Et n’oubliez pas,

—————————————————————————————

Soyez informés des nouvelles publication du blog TANu :

En vous abonnant aux notifications du blog.

Sur notre page LinkedIn

Sur notre Twitter @tanu_RH

Sur la page Facebook de TANu

Ou en vous abonnant à la newsletter TANū