Il y a quelques jours, le site Les Numériques nous a proposé un dossier sur les programmes numériques de nos 11 candidats à la présidentielle.

La conclusion est assez décevante mais cela n’a rien d’étonnant. Vous n’avez qu’à consulter le fil twitter du Président du Conseil National du Numérique, Guy Manou-Mani, pour voir que la déception est assez partagée.

De notre côté, nous nous sommes intéressés aux propositions concernant la transition numérique des TPE/PME. Rien d’incroyable, mais nous avons pu glaner quelques petites choses ici ou là… Si vous avez assisté à des meetings dédiés au sujet, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire.. on peut rêver.

Jacques Cheminade

Je lancerai un crédit impôt région devant bénéficier en priorité aux PME, pour attirer les investisseurs intéressés par une logique de développement régional et permettre la transition vers le numérique et la robotique au sein de ces PME.

Un Crédit d’impôt Région.. encore un truc compliqué pour les TPE mais qui va faire plaisir aux cabinets spécialisés en CIR.. wait and see.

Lire son programme pour les TPE-PME.

Benoit Hamon

J’assurerai la transition numérique des organisations et l’appropriation des usages numériques par tous (la médiation numérique, le numérique éducatif et la montée en compétences des actifs).

Voila, voila… il reste deux ou trois choses à préciser quand même.

Lire son programme en PDF (il faut chercher pour voir ses propositions sur le numérique)

Jean-Luc Mélanchon

Pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, ce qui ne veut pas dire qu’un de ses hologrammes n’ait pas abordé le sujet lors d’un meeting.

Néanmoins, une section de son programme est dédiée au numérique, le #5 des livrets de la France insoumise à consulter ici.

Emmanuel Macron

Objectif 2 : Aider nos entreprises à passer le cap du numérique.
Le numérique est un formidable atout, pas seulement pour les grandes entreprises : nos TPE ont aussi beaucoup à y gagner, mais elles doivent être accompagnées dans leurs efforts de transition vers l’économie numérique. C’est d’abord une question de compétences : entrepreneurs et salariés doivent être formés pour pouvoir choisir et s’approprier les nouveaux outils. C’est ensuite une question d’investissement et de transformation des modes de production et de vente. Nous aiderons les TPE et les PME à réussir leur transformation numérique.
Celles qui s’engageront dans des transformations ambitieuses exigeant de conduire sur une période de temps limitée une requalification de leurs salariés bénéficieront d’un accès privilégié à la formation professionnelle.

L’ancien président du CNUM, Mounir Mahjoubi a rejoint Macron et ça se voit dans le programme.

Lire la section Numérique de son programme

François Asselineau

Pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, ce qui ne veut pas dire qu’il n’ait pas d’idée sur le sujet mais peut être faut-il écrire un article dans le TUE pour qu’il veuille bien en parler.

Néanmoins, une section de son programme législatif est dédiée au numérique, à consulter ici.

François Fillon

Renforcer la compétitivité de nos PME/PMI grâce au numérique : passer en cinq ans de 10% à 100% des PME/PMI accompagnées ; un grand plan de rattrapage et d’accompagnement sera mis en œuvre à l’issue des états généraux de l’industrie et de l’innovation ; une partie des investissements d’avenir sera réallouée au programme “investissements du futur”.

Quelques propositions intéressantes dans son programme numérique comme par exemple « introduire un module “numérique” dans toutes les formations supérieures, accélérer le développement de la formation professionnelle au numérique ».

Lire la section Numérique de son programme

Nathalie Arthaud

Pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, ni même d’ailleurs de section dédiée aux entreprises de manière générale… si quelqu’un a plus d’infos !

Lire son programme

Nicolas Dupont-Aignan

L’usine du futur est l’une des clés de la relocalisation, car elle démultiplie la productivité (Airbus compte ainsi raccourcir de moitié ses cycles de production). Or cette numérisation exige des ouvriers bien plus qualifiés et surtout formés aux nouvelles technologies. La France peut reprendre l’offensive dans le secteur industriel en proposant une main d’œuvre certes plus coûteuse mais beaucoup plus productive et donc plus compétitive.
Une bonne formation au numérique est donc essentielle pour réindustrialiser notre pays.

Pour accompagner la transition numérique des entreprises dans le respect des conditions de travail
des salariés, nous réformerons le Code du travail pour l’adapter aux transformations résultant de la
numérisation (pour les entreprises numérisées).

Un biais intéressant sur le numérique lié à la formation et aux conditions de travail et de nombreuses propositions sur le numérique dans son programme. Incontestablement très travaillé.

Lire son programme en PDF (beaucoup de propositions sur le numérique, recherche sur Numérique)

Marine Le Pen

Pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, le terme Numérique n’étant cité que 3 fois dans le programme, mais là encore nous n’avons pas assisté à un meeting !

Lire son programme

Philippe Poutou

Comme chez Nathalie Arthaud, pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, ni même d’ailleurs de section dédiée aux entreprises de manière générale… L’immunité Numérique en quelque sorte.

Lire son programme

Jean Lassalle

Pas de mention à la transformation numérique des TPE/PME dans son programme, le terme Numérique n’étant cité qu’une seule fois dans le programme, mais c’est notre député quand même alors on va le citer. Page 14 de son programme en PDF  :

12.32 : Utiliser le numérique, interactif, dans le travail personnel parascolaire (- 10 M€)

Vous n’avez rien compris ? un jour vous apprendrez à décrypter Jean Lassalle, question d’habitude.

Vous pouvez consulter son programme ici.

Conclusion de la rédaction

Personne ne propose de rendre le TANu obligatoire.. et ça c’est vraiment décevant.