Le jeudi 14 décembre 2017 a-t-il marqué la fin de l’Internet tel que nous le connaissons depuis son invention ? On est en droit de le craindre

A son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump a nommé Ajit Pai à la tête de laCommission fédérale des communications. Ex-conseiller de l’opérateur Verizon et opposant déclaré à la neutralité du Net. Ce dernier s’est donc empressé de mettre fin aux Etats-Unis à ce grand principe fondateur d’Internet.

Essayons déjà de comprendre ce qu’est la neutralité au travers de cette vidéo proposée par Le Monde.

En résumé  on dira que la neutralité est le principe qui oblige à un fournisseur d’accès au réseau une égalité de traitement (prix, débit…) entre les différents flux de données. Sans neutralité du Net, Free pourrait par exemple nous faire payer 2 euros de plus un abonnement permettant l’accès à Spotify tout en favorisant Deezer.

Vous imaginez bien que chez TANu, nous sommes farouchement attaché à ce principe de neutralité qui, outre le fait d’assurer une certaine liberté d’expression, nous semble un élément fondamental en matière d’inclusion numérique.

Et l’inclusion numérique, on sait tous que c’est un sujet cher à notre gouvernement, et plus particulièrement à notre secrétaire d’état au numérique Mounir Majdoubi qui vient d’annoncer les schémas départementaux pour l’inclusion numérique.

Pas d’inquiétude donc en France, il serait incohérent de vouloir lancer une grand plan d’inclusion numérique tout en abrogeant la principe de neutralité du net.

De plus, une directive européenne a été votée en 2015 pour protéger la neutralité du Net. Appliquée depuis mai 2016, elle est garanti un accès au web égalitaire à tous. Certains, en France, veulent aller plus loin et préconise l’ajout de la neutralité du net dans la Constitution française. Mais, même en Europe, tout n’est pas si simple comme nous le rappelle Marianne dans cet article.

https://www.marianne.net/societe/et-si-la-neutralite-du-net-etait-deja-menacee-en-europe

Restons donc vigilant, car comme nous le rappelle l’excellent Benjamin Bayart dans cette vidéo de 2014, la tentation du contrôle d’Internet est toujours bien présente chez certains de nos dirigeants.

 

Monsieur le Secrétaire d’Etat, @mounir, nous comptons sur vous pour nous prémunir de cette tentation.